Entre gare et mer

Fatigué des chemins tangibles, j’ai mis mes pas dans ceux d’un tram fantôme et suivi son cours qui filait, invisible, entre gare et mer. * C’était un matin de juillet, le ciel avait tiré son rideau bleu derrière les toits. L’avenue pavoisait ses cafés, tatoueurs, kébabs et pharmacies. Sur le trottoir, les vivants se mêlaient aux morts. Un grand homme … Lire la suite Entre gare et mer

Au gaspillage

  Claude Simon, Le Tramway, Les éditions de Minuit, p.45-46 : « quant à cette madame Espinosa, mère du petit Gaguy, notre compagnon de jeux dont ma jeune cousine me faisait savoir l’indisposition, il s’agissait d’une relation de plage qui, si elle était reçue dans son abri-salon par ma tante, n’était jamais invitée aux soirées musicales … Lire la suite Au gaspillage