De l’archipel des friches au Moaï du Pont de Ferro – De l’arxipelag dels descampats al Moaï del Pont de Ferro| Notes pour un parcours photographique dans Olot [français-català]

Olot, 17 janvier 2017
[version française] Partant de la place du marché où j’ai déjeuné après les visites de l’Arxiu comarcal et de l’Observatori del Paisatge de Catalunya, je pars rejoindre ce que j’appelle « l’archipel des friches » exploré la veille, afin d’approfondir ma connaissance du terrain. Je me laisse glisser de la place de l’Ajuntament tranquillement vers l’Avinguda dels Reis Catolics. En route, à l’angle de la rue Bernat Vila et de la place de Jaume Balmes, je croise une maison abandonnée dont les céramiques et les ferronneries travaillées attirent mon regard.
[version catalane] Sortint del Firal on vaig dinar després de la visita a l’Arxiu comarcal i a l’Observatori del Paisatge, me’n vaig a veure « l’arxipèlag dels descampats » explorat ahir, per aprofundir el meu coneixement del terreny. Em deixo lliscar de la Plaça de l’Ajuntament cap a l’Avinguda de les Reis catòlics. De camí, a la cantonada del carrer Bernat Vila i de la Plaça de Jaume Balmes, trobo una casa abandonada. Les ceràmiques i el ferro forjat de la porta atreuen la meva mirada.
img_6625
Avec les feuilles d’acanthe qui tapissent le jardin, les seuls habitants sont deux faunes bleus qui jouent de la flûte sur les piliers du portail. Je pense au « Prélude à l’après-midi d’un faune » le poème de Stéphane Mallarmé mis en musique par Claude Debussy, et intérieurement, j’entends la flûte traversière inaugurer ma promenade.
Amb les fulles d’acant que teixeixen el jardí, els únics habitants són dos faunes blaus que toquen la flauta dalt dels pilars de la portalada. Penso en el “Prélude à l’après-midi d’un faune”, el poema de Stéphane Mallarmé musicat per Claude Debussy. Interiorment, sento la flauta travessera inaugurar la meva passejada.
img_6621
Je continue ma route jusqu’à l’avenue. Face à moi un grand mur avec une fresque  représentant un couple qui s’embrasse et clamant: « Utilitza la llengua ».
Continuo el meu camí fins a l’avinguda. Davant meu hi ha una gran paret amb un fresc representant una parella que s’està fent un petó i que clama : “Utilitza la llengua”.
img_6687
Ce mur d’enceinte marque le début de « l’archipel des friches ». C’est ainsi en tout cas que je nomme ce quartier. Je l’ai découvert grâce à la méthode des zones blanches de Streetview (voir La rue où Google s’est arrêté). Les friches y sont de toutes sortes :  gros buissons, bandes de terre inculte et puis une grande friche près du Mas La Creu, comme une île dans la ville, une colline oubliée qui n’aurait pas été lotie. J’en ai dressé le plan. Voici les frontières de l’archipel : Au nord el cami Hostal de la Corda, au sud les jardins de la rue Eiximenis et la carretera Riudana. A l’ouest la rue Rampi, à l’est la carretera San-Joan-de-les-Abadesses. Au centre le mas La Creu et son bois, survivance de la campagne de jadis.
Aquesta paret important assenyala l’inici de l’Arxipèlag dels descampats. És així com anomeno aquest barri. El vaig descobrir gràcies al mètode de les zones blanques de google street view. Aquests descampats son de tota mena : grans matolls, franges de terra erma, i un vast ermot al Mas La Creu. És com una illa dins la ciutat, un pujol oblidat. Vet aquí les fronteres de l’arxipèlag : al nord el camí Hostal de la Corda, al sud els horts del carrer Eiximenis i la carretera Riudana. A l’oest, el carrer Rampí, a l’est la carretera Sant Joan de les Abadesses, i al centre el mas La Creu amb el seu bosc, supervivents del passat.
 5-quatierdesfrichesvuduciel3
Mais revenons à notre mur d’enceinte. Comme j’ai exploré la veille les jardins suspendus qui le surplombent, je prends l’Avinguda dels Reis qui devient Avinguda Sant-Joan-de-les-Abadesses en passant le pont de la carretera Riudaura. Juste après le pont, je décide d’emprunter une route goudronnée qui n’apparaît même pas en zone blanche sur StreetView. La veille j’avais été intrigué au loin par une petite tourelle envahie de végétation dont la fenêtre avait une forme de serrure. J’y approche l’oeil.
Però tornem a les nostres muralles. Com que ahir vaig explorar els horts que sobresurten de la paret, prenc l’Avinguda dels reis catòlics que esdevé la de Sant Joan de les abadesses sota el pont de la carretera Riudaura. Just després del pont, decideixo enfilar un carrer asfaltat que no apareix a google maps. Ahir em va intrigar una petita torratxa envaïda per la vegetació i sobretot perquè la seva finestra tenia una forma de pany. Hi apropo el meu ull.
img_6697
 Pour y accéder, il m’a fallu traverser une zone peu engageante, jonchée de détritus mêlés aux lierres.
Per anar-hi cal travessar una zona poc atractiva, teixida de deixalles barrejades amb heura.
9-img_6700
Le jeu en valait la chandelle. La tour s’est avérée être un puits en brique et la clé de la serrure ouvrait sur un forage profond. Je reste un moment devant le puits-serrure en pensant aux mystérieux tableaux de Magritte. De quel monde ouvre-t-il la clé ? Il y aurait une installation nocturne à faire là, en éclairant le puits de l’intérieur. Je reprends la route bordée de rambardes en bois et j’aperçois un premier chemin qui mène au mas La Creu puis un autre, plus grand, une allée. Un vélo peint au sol me fait comprendre que je suis sur une piste cyclable. La route débouche sur la Carretera Riudaura. Je laisse le pont sur ma gauche et prend à droite. Il y a une maison ruinée mais non abandonnée : elle  a perdu visiblement sa fonction de pavillon pour occuper la charge plus modeste de cabane de jardinier. Le toit est en partie effondré. Le jardin est rempli de bonbonnes bleues pour arroser.
Valia la pena ! La torre és un pou de maons i la clau del pany obre a un forat profund. Em quedo davant del pou-pany, pensant en els misteriosos quadres del pintor Magritte. Cap a quin món obre el pou ?  Caldria fer-hi un instal·lació nocturna per il·luminar el pou des de l’interior.
Deixo el pou, prenc el carrer vorejat de baranes de fusta i entreveig un primer camí que condueix al Mas La Creu i un altre de més gran, el vial del Mas. Descobreixo així nous punts de vista sobre el Mas. Una bicicleta pintada a terra em fa adonar-me que sóc en un carril bici. El carril desemboca a la carretera Riudaura. Deixo el pont a mà esquerra i giro a mà dreta. Hi ha un casa en ruïnes però que no està abandonada: ha perdut la seva funció de caseta i ara serveix de cabana de jardiner. La teulada s’ha enfonsat parcialment. L’hort és ple de bidons blaus per regar.
img_6722
Je vais revoir la partie de la rue Santa-Sabina que je n’avais pas vue hier. C’est la première zone blanche que j’ai repéré sur Streetview à Olot, un cas d’école sur l’écart qu’il peut y avoir entre la carte et le territoire. Sur toutes les cartes même les plus récentes et officielles, la rue est ininterrompue alors que, sur place, elle est coupée en deux par un champ. J’étais hier sur l’autre rive du champ invisible et aujourd’hui j’ai la sensation d’avoir basculé dans une autre dimension, un monde parallèle.
Després, m’encamino a la part del Carrer Santa-Sabina que no vaig veure ahir. És la primera zona blanca que vaig observar al Streetview d’Olot, un cas típic de divergència entre el mapa i el territori. A tots els mapes, fins i tot als més recents i oficials, el carrer té continuació mentre que sobre el terreny està tallat en dos per un camp. Ahir era a l’altra riba del camp invisible i ara tinc la sensació d’haver traspassat a un altra dimensió, a un món paral·lel.
13-img_6733
Le champ est bordé à ma droite par le bois du Mas La Creu. Je longe le mur qui les sépare et découvre une borne dans l’herbe qui m’évoque plus une vieille pierre tombale effacée qu’une borne : la pierre tombale sans nom d’un ermite ou d’un poète.
À ma dreta, el bosc del Mas de La Creu enriveta el camp. Vorejo el mur que els separa i descobreixo un molló a l’herba que m’evoca més aviat una vella llosa funerària esborrada: la llosa sense nom d’un ermità o d’un poeta.
15-img_6737
 Un peu plus loin dans le mur, il y a une brèche, un portail ouvert. Face à lui un chemin d’herbe qui coupe le champ en deux et qui mène jusqu’à la rue Riadaura. Une belle ligne verte encore utilisée au vu de l’usure de l’herbe. D’ici on a une très belle vue sur le volcan de Montolivet et l’église San Pere Martir.
Una mica més lluny, hi ha una bretxa en el mur, un portal obert. Enfront, un camí d’herba que talla en dos el camp i que porta fins al carrer Riadaura. Una bella línia verda que encara s’utilitza com bé indica el desgast de l’herba. Des d’aquí hi ha una bona vista del volcà de Montolivet i de l’església de Sant Pere Màrtir.
17-img_6742
 Par une route nouvelle (elle aussi blanche dans Streetview) qui longe des immeubles en brique fraîchement construits, j’arrive à l’île principale de l’archipel des friches. Je reconnais les signes d’un début de viabilisation restée inachevée. Les seuils ne mènent nulle part :  sont-ils l’effet de la Crise économique ? Je le pressens car ils étaient déjà là en 2013 lors de la vue satellite.
Per una ruta nova (que també està marcada en blanc a Streetview) vorejo edificis de maó construïts fa poc i arribo a l’illa principal de l’arxipèlag dels descampats. Reconec els senyals d’un principi de condicionament inacabat. Els llindars no porten enlloc: són l’efecte de la crisi econòmica? Ho pressento, doncs ja hi eren en 2013 en el moment de la vista per satèl·lit.
18-img_6751
 Je décide de faire le tour complet de la friche et découvre vite qu’il y a deux niveaux de terrains : un premier niveau avec le Mas La Creu, son jardin, et une première partie de friche puis un deuxième en contrebas avec un grand amphithéâtre de ronces et du matériel de chantier avec d’anciennes baraques abandonnées. Je descends dans la partie basse que je ne connais pas.
Decideixo fer el tomb complet del descampat i m’adono de seguida que hi ha dos nivells de terrenys: un amb el Mas La creu, el seu hort i una primera part de descampat; i un altre  més avall amb un gran amfiteatre d’esbarzers i material d’obres amb velles barraques abandonades. Faig cap a la part baixa que no coneixia.
20-img_6665
Je prends quelques photos du matériel de chantier, briques et gravats puis je vais rejoindre à droite les monumentales montagnes de ronces dont les courbes imitent celles du Montsacolpa.
Prenc algunes fotografies del material d’obra, maons i runia, i tot seguit trobo a mà dreta les muntanyes monumentals d’esbarzers, les corbes de les quals imiten les de Montsacopa.
20-img_6764
Elles sont traversées de galeries qui convergent vers le centre. Est-ce l’oeuvre de lapins ? Dans la plaine qui sépare les amas de ronces, il y a des chardons et des églantiers. Je prends un moment pour dessiner les baies de l’églantier. Leur forme parfaite et leur couleur rouge leur donnent la texture de pierres précieuses ou plutôt de perles de céramiques émaillées. De la joaillerie de friche.
Estan travessades de galeries que convergeixen al centre. És potser obra dels conills? A la plana que separa el pilot dels esbarzers, hi ha cards i gavarreres. M’aturo un moment a dibuixar gavarrons. Tenen la textura de les pedres precioses o més aviat de perles de ceràmica esmaltada. Joieria de descampat.
22bis-img_7080
Les branches de l’églantier sont parfois recouvertes de boules poilues. Je saurai par des recherches ultérieures que ce sont des bédégars, ou barbes de saint pierre : galles chevelues où vit le Cynips du rosier, un insecte. Alors que je croyais à une maladie, c’est visiblement une coexistence heureuse qui ne parasite pas l’églantier. Bédégar vient du persan badawar « souffle de rose » (« bad » = souffle ; « var » =  rose). Heureux d’avoir vu le souffle de rose à la branche des églantiers.
Les branques de gavarreres de vegades estan cobertes de boles peludes. Acabaré sabent, gràcies a recerques posteriors, que són bédégars o barbes de Sant Pere: cascarots cabelluts on viu el Cynips del roser, un insecte. Tot i que jo pensava que es tractava d’una malaltia, és visiblement una coexistència feliç que no parasita la gavarrera. Bédégar ve del persa badawar, “alè de rosa” / bad = alè ; var = rosa. Estic content d’haver vist l’alè de rosa a la branca de la gavarrera.
22-img_6782
Il y a aussi des essences d’arbres isolées comme ce jeune sapin.
Hi ha també escenes d’arbres aïllats com un avet jove.
23bis-img_6772
Au Printemps tout cet écosystème doit grouiller de vie. Dans l’herbe, une vieille planche en bois gris me porte à un réseau de chemins forgés par les lapins, des coulées. Il faudrait revenir la nuit. Je n’ai aucune chance de voir passer quelque animal en pleine après-midi. Je reste un moment à suivre en esprit ces chemins animaux.
A la primavera tot l’ecosistema deu formiguejar de vida. A l’herba, una planxa vella de fusta grisa em porta a una xarxa de camins forjats pels conills, empremtes. Hauré de tornar-hi a la nit. No tindré cap ocasió de veure passar cap animal a plena tarda. Em quedo un moment seguint mentalment aquests camins d’animals.
23-img_6784
25-img_6775
Et j’observe la ville de la friche. Je me dis que la friche a à voir avec l’inconscient : une zone de créativité sauvage, un inconscient de la ville. Beaucoup de choses à voir avec la littérature qui va puiser dans les friches de l’âme. Le paysagiste français Gilles Clément a écrit de très beaux textes sur les friches qu’il appelle le Tiers paysage. Je fais le rêve fou que la mairie d’Olot fasse appel à lui pour créer un jardin ici. Pourquoi pas après tout ? Le lieu est parfait, sur une colline en surplomb, avec une vue dégagée sur les deux volcans et les Pyrénées. Je me dis aussi que les paysagistes du XIXe siècle ont du venir y poser leur chevalet pour peindre.
I observo la ciutat del descampat. Em dic que el descampat té a veure amb l’inconscient: una zona de creativitat salvatge, l’inconscient de la ciutat. Lligams amb la literatura que poua en els descampats de l’ànima. El paisatgista francès Gilles Clement ha escrit textos molt bonics sobre els descampats que ell anomena el Tercer Paisatge, com un tercer món de la ciutat. Somio que l’ajuntament d’Olot li encarrega de fer-hi un jardí. I per què no després de tot? El lloc és perfecte, dalt d’una colina que sobresurt, amb una bona vista dels dos volcans i dels Pirineus. Em dic també que els pintors del segle XIX segurament hi van plantar el seu cavallet.
27-img_6788Après une heure passée là, je vais observer d’autres zones blanches : les escaliers du quartier Montolivet. Je découvre ce quartier si particulier avec ces chemins imbriqués et ces maisons blanches toutes sur le même modèle mais pourtant ne dégageant pas une impression de monotonie, d’harmonie plutôt. Il me fait penser à tous ces quartiers d’escaliers sur les hauteurs des villes comme Montmartre (Paris) ou l’Albaicin (Grenade). Il y règne une paix aérienne et on y a une vue magnifique sur les Pyrénées enneigées et Olot. Le Passage des Trabucaires me tente mais je le laisse de côté grimper vers les sommets du volcan. Mon heure n’est pas venue de bifurquer. Les choses se feront naturellement quelques mètres plus loin lorsque je passe le panneau Reserva natural et que la route laisse place à un chemin. Dès lors toute forme d’habitation disparaît au profit des chênes verts. J’oublie les zones blanches et laisse le hasard me mener.
Després de passar-hi una hora, vaig a observar altres zones blanques: les escales del barri Montolivet. Descobreixo aquest barri particular amb camins imbricats i cases blanques amb el mateix patró, però tanmateix sense donar la impressió de monotonia, sinó més aviat d’harmonia. Això em fa pensar a tots aquells barris amb escales a les alçades com Montmatre (Paris) u l’Albaicin (Granada), Granada (Albaicín). Hi regna una pau aèria i s’hi té una vista magnífica dels Pirineus nevats d’Olot. El passatge dels trabucaires em tempta però el deixo de banda escalar cap als cims del volcà. Encara no m’ha arribat l’hora de bifurcar. Les coses es faran de manera natura uns metres més enllà quan passi el panell de Reserva natural i que la carretera deixi lloc a un camí. A partir d’aquí tota forma d’habitatge desapareix en profit de les alzines. Oblido les zones blanques i deixo que l’atzar em porti.
30-img_6808
Je marche jusqu’à une piscine forteresse, réservoir d’eau de la ville d’Olot puis grimpe  au sommet du Montolivet. On y trouve une grande antenne plantée dans une tour massive en pierre comme si on avait greffé une arme sur un moignon de géant de pierre. La contemplation de cette antenne hybride me plonge en pleine science-fiction.
Camino fins a una piscina fortalesa, reserva d’aigua d’Olot, després m’enfilo al cim del Montolivet. Hi ha una gran antena plantada en una torre massiva de pedra com si algú hagués empeltat un arma en un monyó de gegant de pedra. La contemplació d’aquesta antena híbrida em submergeix en plena ciència ficció.
34-img_6815
 Je reprends le chemin parmi les chênes jusqu’à une lande dégagée où s’offre à moi un panorama à 360  degrés que je note scrupuleusement pour servir peut-être de matière brute à un futur poème. Je plonge ensuite vers le quartier des Desamparats par un petit sentier aride  :
Dans le sillon creusé par la pluie,
l’ombre a fait son cours.
Agafo el camí entre les alzines fins arribar a un erm esclarit on se m’ofereix un panorama de 360 graus, en prenc nota escrupolosament perquè potser em servirà de matèria bruta per a un futur poema. Després torno a baixar cap al barri dels Desemparats per un petit viarany àrid :
En el solc cavat per la pluja,
l’ombra ha fet el seu curs.
36-img_6825
Près du Passeig dels Desamparats, une apparition très drôle :
la rue Saint Narcis qui se mire dans un miroir de sécurité. Narcisse et son miroir.
Prop del Passeig dels Desemparats, una aparició ben graciosa: travesso el carrer Sant Narcís que es contempla en un mirall de seguretat. Narcís i el seu mirall.
37-img_6830
 Je descends ensuite sur les rives du Fluvia à la recherche de ces tessons de céramiques polis par la rivière, de ceux que glane le poète suisse Jean Prodhom. Mais je n’en ai pas trouvés. Trop de feuilles. Peut-être sont-ils cachés sous l’eau glacée. Ou peut-être se sont-ils réincarnés en perce-neiges ?
Baixo tot seguit a la riba del Fluvià a la recerca d’aquells testos de ceràmica polida pel riu, d’aquelles que recol·lecta el poeta suís Jean Prodhom, però no en trobo. Massa fulles. Potser s’amaguen sota l’aigua glaçada? O potser s’han reencarnat en lliri de neu? 39-img_6839
Sous la glace
des tessons
enfouis ?
Aurait pu dire Bashô.
Sota el glaç
testos
amagats?
Podria haver dit Bashô.
En rentrant à l’hôtel, je fais une rencontre inattendue au sortir du pont de Ferro : un Moaï !
Un authentique Moaï de l’île de Pâques planté à un carrefour, entre les voitures, deux grandes tours et une pharmacie. Nous restons un moment tous les deux, les yeux dans les yeux. Quand tu te tiens l’oeil ouvert, le chemin sait toujours te récompenser
et pour moi cette statue de Moaï est le plus beau des cadeaux.
De camí a l’hotel, sortint del pont de ferro, ensopego amb un Moaï!
Un Moaï autèntic de l’Illa de Pasqua plantat en una cruïlla, entre els cotxes, dues grans torres i una farmàcia. Restem un moment tots dos, mirant-nos als ulls. Quan tens els ulls oberts, el camí sempre sap recompensar-te i per mi aquesta estàtua d’un Moaï és el més bell regal.
[Version catalane : Neus Penalba]
40-img_6845
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s